MM. oculos escuro oakley

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Des écorces de bouleaux pâlissaient çà et là, des clartés molles coulaient par terre; des cimes, des couronnes de ramures fines et poussiéreuses, paraissaient des bouquets de marabouts. Une légèreté vaporeuse, le sommeil sacré de la paix nocturne des arbres, ce qui dort de blanc, ce qui semble passer de la robe d’une ombre sous la lune, entre les branches, un peu de cette âme antique qu’a un bois de Corot, faisaient songer devant cela à des Champs Élysées d’âmes d’enfants[23]. [Note 23: Manette Salomon, p. 312.]Mais on aura beau faire, une page écrite ne sera jamais l’équivalentd’un tableau; les mots, de quelque façon qu’on les accumule et qu’onles arrange, ne pourront qu’évoquer chez le lecteur, s’il s’y prête,une image approchante des objets qu’on lui décrit. Il est donc unpoint où il faut s’arrêter dans cette voie, sous peine de forcer sansgrand profit les ressorts de la langue. De dire où est exactement cepoint, ce n’est pas très facile; mais il est visible, à l’étrangetéfréquente de leur style, que MM. oculos escuro oakley
de Goncourt l’ont maintes foisoutrepassé. Flaubert n’invente pas un mot nouveau, Gautier n’eninvente qu’un petit nombre ou se contente de ressusciter des motsanciens. Tous deux écrivent purement; tous deux respectent ce qu’onappelle le génie de la langue, c’est-à-dire, en somme, ses habitudes.Tous deux, l’un dans sa phrase laborieuse et courte, l’autre dans sapériode copieuse, facile et un peu lente, sont extrêmement préoccupésde l’harmonie. Tous les «stylistes» antérieurs à MM. de Goncourtévitent les répétitions de mots, les cacophonies, les rupturesd’équilibre dans la construction des phrases, écrivent beaucoup pourl’oreille. MM. oculos radar oakley de Goncourt, au moins dans leurs peintures, écriventuniquement pour les yeux. Stylistes, ils ne le sont point du tout à lafaçon des autres; ils dédaignent dans le style tout ce qui ne sertpas à faire voir ou à faire sentir.–Mais, quand on parle de leurstyle, il faut distinguer entre leurs livres. Soeur Philomène,Renée Mauperin, Germinie Lacerteux sont écrits purement. La formede Charles Demailly (le premier de leurs romans qui ait paru) étaitbeaucoup plus exubérante et parfois singulière. Dans Manette Salomonla manière triomphe. Dans Madame Gervaisais, le dernier roman qu’ilsaient composé ensemble, on n’hésite pas à dire: C’est trop!–Et labizarrerie du style s’est encore aggravée dans les livres que M. oculos de grau oakley
Edmond de Goncourt a écrits tout seul. C’est donc dans MadameGervaisais que je puiserai des exemples soit des incorrectionsaffectées, soit des manies de style qui sont devenues, vers la fin,familières aux deux frères.Voici d’abord des sortes d’expressions redondantes par lerapprochement de deux mots de même racine: «Là, une haie de caméliasplaquant ses feuilles et ses fleurs de cire contre le rocailleuxd’une galerie de rochers[24].»–«… débordant de la bordureturgide et gonflée des fleurs[25].

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »